Le 14ème Prince de Vélacian, 1ère partie
    Par Ilusenthar, créé le : 2014-11-20 22:07:00
    et modifié la dernière fois le : 2014-11-21 18:31:58

    Afin de poursuivre notre découverte de l'univers des caërions, intéressons nous à présent à Vélacian, qui est à la fois le nom d'une planète, une véritable “cité-monde”, et qui représente également une des plus grandes puissances scientifiques connues. Monnayant ses connaissances dans le but d'agrandir son influence, Vélacian est surtout considéré comme le plus important réseau de recherche et d'enseignement de tout le monde physique, Eastaria. Elle représente aussi  le plus haut lieu d'étude du tirin, une énergie stellaire produite par certaines étoiles et se diffusant un peu partout dans l'univers. Encore aujourd'hui, on prête au tirin des vertus extraordinaires voire mystiques. Vélacian est ainsi vue à la fois comme une institution académique très prestigieuse, mais également comme une source de puissances surnaturelles.


    Vélacian a toujours représenté un très bon miroir pour bien comprendre les contradictions auxquelles sont confrontées depuis très longtemps les peuples libres de cet univers.

    D'une part, Vélacian existe depuis des millions d'années mais n'a atteint sa forme moderne que durant les dernières dizaines de millénaires. Elle était à l'origine une congrégation de "Prodiges", des scientifiques qui étudiaient l'usage du tirin, énergie provenant des failles menant à Unmarilié, le monde éthéré. Beaucoup considèrent même encore actuellement les prodiges comme des mages, des êtres dotés de pouvoirs extraordinaires, alors que pour ces derniers, la maîtrise du tirin est avant tout une science. Après de très nombreuses générations, cette assemblée s'est muée en une grande institution qui s'est donnée trois objectifs : recueillir le savoir scientifique, accumuler autant de connaissances possibles sur l'utilisation du tirin, et assurer son indépendance pour que ce savoir profite à tous.

    D'autre part, derrière ces vœux pieux se cache une difficile confrontation à la réalité. L'indépendance scientifique de Vélacian n'a pu s'obtenir que par son trafic d'influence et par son implication dans bon nombre d'intrigues, ne diffusant son savoir qu'à ceux qui acceptaient ses conditions, parfois très discutables. L'essor de Vélacian fut à ce prix. Les académies associées à Vélacian s'implantèrent un peu partout sur Eastaria, instruisant les jeunes générations en échange de certaines faveurs locales. Cette expansion de la présence vélaciane avait également une autre vocation : détecter les prodiges prometteurs, leur fer de lance et le parangon de leur puissance, afin de les ramener sur leur cité-monde principale et parfaire leur formation.

    Pour illustrer tout cela, je vous propose donc un récit en quatre parties. Il vous permettra de plonger dans ces intrigues et d'assister à un des événements les plus marquants de cet essor Vélacian, impactant profondément et pour des millénaires son organisation.



    "Suan'voj n'en pouvait plus de rester dans cette grande antichambre, seul. Quand serait-il enfin délivré du silence que seuls ses propres pas troublaient ? Au milieu de cette salle rectangulaire démesurée et dont le plafond devait culminer à près de sept mètres, il tentait de calmer sa tension, de la dissimuler en jetant son regard vers les tableaux qui paraient les murs de ce lieux. Des édruens*, des toiles de maître. C'était certainement la plus belle collection d'Eastaria, à n'en point douter. Pouvoir exposer ne serait-ce qu'un seul de ces chefs d'oeuvre relevait déjà du miracle, mais en rassembler une vingtaine en un seul lieu, qui plus est dans la seule antichambre du prince, était un autre symbole de la puissance de Vélacian. Profanes comme connaisseurs pouvaient apprécier la magnificence pure de ces peintures, narrant l'Exode des Nalits, le fondation des Duchés Lasteryns qui s'étaient divisés les royaumes éthérés, ou bien encore l'invasion des Méandres par le terrible Gzéléone. Mais tout ce déferlement de beauté et de raffinement n'avait pour Suan'voj absolument aucune importance en l'instant présent, bien qu'il soit capable d'en citer leurs auteurs, techniques et date de réalisation sans aucune hésitation.

    Cette attente n'en finissait plus, il devait être là depuis près d'une heure à trouver un moyen de passer le temps sans devenir fou d'impatience. Tout en marchant d'un pas lent d'une oeuvre à l'autre, il jouaient avec son pendentif sur lequel étaient accrochés ses cristaux mémoriels. Tous les prodiges comme lui en possédaient. Cette formation ciselée et dont il ne se séparait jamais amplifiait ses capacités intellectuelles et lui donnaient accès à un savoir presque sans limite. Il devait pour l'instant rester calme, et dompter son impatience. Être reçu par le prince de Vélacian était un privilège rare, réservé aux grandes occasions et n'était accordé qu'à très peu d'élus. Cette audience dans ces quartiers privés, Suan'voj l'avait méritée au prix des vingt dernières années, emplies d'efforts et de sacrifices. Vingt cylens pendant lesquelles il avait gravi tous les échelons de Vélacian, accumulé tous les honneurs et repoussé avec virulence tous ceux qui lui barraient la route. Bon nombre d'ailleurs étaient à présent à son service, soumis, et avaient été placés à des postes stratégiques pour servir sa propre ascension. Une longue et pénible route où il avait dû traiter avec les fourbes, et profiter des faibles. Il était aujourd'hui craint et respecté par ses pairs, après ces longues décennies qui lui avaient semblé être une éternité. Toute cette patience, et pourtant sa présence dans cette antichambre semblait être son ultime supplice. Il avait fantasmé ce moment depuis tellement de temps et allait finalement pouvoir accomplir son but : assassiner le Prince Nuran'we, le maître de Vélacian, et lui faire payer sa trahison.

    Son plan avait mûri pendant toutes ces années. Tout avait commencé par son intégration à l'académie coloniale Vélacianne du monde de Bérung. Pour assurer sa couverture, Suan'voj avait changé son nom, prenant celui d'Alzéhir, fréquemment donné par ses congénères aénols en hommage à un antique héros de l'ère des éternels. Ce patronyme devait passer inaperçu parmi les disciples prodiges. Son désir de vengeance avait endurci son caractère, jusqu'à le rendre insensible à toute empathie ou à toute retenue sur tout ce qui pouvait lui permettre d'atteindre son but. Il avait même changé ses traits, ce que les aénols pouvaient effectuer grâce à leur faculté à modeler leurs corps issus des vents stellaires. C'était sans doute le prix le plus dur qu'il ait eu à payer dans cette entreprise. Les aénols, êtres éternels ne subissaient pas les affres de la vieillesse. Ils se choisissaient leur propre apparence lors de leurs premières années d'existence. Leur peau, avec l'âge, s'ornait de motifs et de runes, elles retraçaient leur vécu, leur enseignement et leurs rencontres. Pour cacher ses origines et son passé, Suan'voj avait intentionnellement frôlé la mort pour pouvoir effacer toute son identité et se choisir un nouveau corps. Il avait renié son héritage et s'était lui même déchu, y compris à ses propres yeux.

    Tout cela en valait cependant la peine. Il était à présent à quelques mètres de sa proie. Tout en laissant ses yeux dans le vide face à l'une des peintures, Suan'voj se concentrait de nouveau sur ses prochains mouvements. Sa stature droite et fière rehaussait son visage aux traits délicats, son regard d'acier affichait clairement sa détermination. Bientôt, la grande porte s'ouvrirait face à lui au bout de cet ostentatoire corridor, le laissant enfin comparaître devant le prince. Comment étaient les appartements du souverain de Vélacian ? Serait-il gardé ou protégé discrètement par une cohorte de gardes, prête à bondir au moindre signe suspect ? D'après les dires, le prince recevait toujours seul, préférant les rencontres exceptionnelles en tête à tête. Une tradition datant du second prince en titre. Cela lui laissait une chance de l'atteindre, et l'occasion ne se représenterait peut-être jamais.

    Se retrouver face à sa cible accélérerait ses réflexes mais augmenterait son stress. Suan'voj le savait mais il n'aurait pas droit à l'erreur. Il devrait à tout prix maîtriser ses paroles, rester prudent et ne révéler sa réelle intention qu'au dernier moment. Faire semblant, rester docile, du moins encore pour quelques instants. Le prince Nuran'we avait convoqué Suan'voj en ce jour pour le reconnaître en tant que nouveau membre du Haut Conseil de Vélacian. Un poste prestigieux, mais ce n'était pas la récompense qu'attendait l'aénol avec le plus de délectation. Avant de pénétrer dans l'antichambre, il avait été fouillé minutieusement par la garde princière, subtilement interrogé, sondé dans ses pensées. Ayant réussi à dissimuler ses intentions, il n'avait ainsi sur lui que ses vêtements, sa toge académique, ses cristaux mémoriels et ses distinctions de Maître Prodige* qui prouvaient son talent et ses compétences aux yeux de tous. Sans arme, sans soutien, pour réussir son coup il ne pouvait compter que sur lui-même, sur sa maîtrise du tirin* et sur les pouvoirs que cette énergie lui garantissait. Suan'voj l'assassin serait rapide, précis, mortel. Sa plus puissante technique, qu'il avait amélioré dans le plus grand secret, devrait porter le coup fatal à Nuran'we. Une incantation instantanée capable de générer plus de mille projectiles tiriniques condensés et dotés d'un effet de double impulsion explosif. Une combinaison parfaite pour un prodige aux intentions meurtrières. La salle du trône princier serait, comme le reste de la cité-monde, emplie de tirin, voire peut-être même en quantité encore plus importante. Ceci formerait un catalyseur parfait pour Suan'voj. Cette énergie, en quelques murmures, il lui donnerait un forme de légion de pointes acérées et aux trajectoires imprévisibles, toutes visant la même cible. Si son adversaire invoquait un bouclier protecteur ou entrevoyait une parade, Suan'voj utiliserait la double impulsion pour envoyer certains projectiles encore plus vite que les autres, les dissimulant parmi la multitude pour les loger dans la boîte crânienne du prince, son seul point faible. Il suffisait d'une seule pointe de tirin, juste une, et il achèverait sa victime en faisant exploser le trait victorieux, pour être sûr de réduire ce tyran en poussière.

    Rien qu'à imaginer la scène, Suan'voj sentait ses sens s'emballer mais il devait conserver son calme. Il n'aurait besoin que d'un instant, juste d'une simple brèche dans la défense de son adversaire. Son attention devait être parfaite car le prince Nuran'we était le plus grand Prodige connu de tout Eastaria, et ne devait surtout pas être sous-estimé. Même avec l'effet de surprise, le monarque était doté d'une extraordinaire capacité à utiliser le tirin. Ce savoir les départagerait. La maîtrise tirinique serait, en fin de compte, la dernière arme de Suan'voj, après avoir été l'instrument de son ascension pour rencontrer son ennemi. L'aénol était sur le point de défier la plus haute autorité d'un ordre qui voulait faire de lui l'un de ses plus grands représentants. Il misait sa propre existence dans cette aventure, l’échec n'était pas permis. Il ne pouvait y avoir qu'une seule issue possible, Suan'voj allait tuer Nuran'we, le prince de Vélacian, son frère aîné."


    * (glossaire) :

    Edruen : forme de peinture animée grâce à une mixture spéciale provenant d'Unmarilié. Ces peintures sont très rares et sont en général maîtrisées par les artistes éthérés ayant trouvé refuge sur le monde physique. Elles expriment le plus souvent les périodes d'exode des peuples d'Unmarilié.

    Prodige : nom donné à ceux qui maîtrise le Tirin, que ce soit inné ou par science

    Tirin : énergie diffusée par les Puits Ryniques, les étoiles bleues qui représentent des portes vers Unmarilié, l'univers éthéré. Le tirin peut se condenser, exploser et permet donc aux Prodiges d'accéder à des pouvoirs du moment qu'ils apprennent comment le manipuler par mouvement, focalisation ou incantation. Cette énergie est considérée comme "magique" par les non initiés.

    Unmarilié : monde des éthérés, de ce qui fut, sera, et aurait pu être. Cet univers est relié à Eastaria en de très rares points mais son influence sur le monde physique est prédominant. Unmarilié est le royaume d'Igia, Caërion de l'imagination, et est régi par les Lasteryns.

    Mes personnages

    Mes campagnes

    Favoris, mes listes

    Rechercher

    Assistant personnel

    Cliquez sur les icônes des objets qui vous intéressent afin d'en savoir davantage sur ce que vous êtes en train de consulter. L'assistant personnel vous permettra de très facilement naviguer entre les informations.

    Jeter les dés

    Cliquer sur les dés pour les jeter :
    Tous les dés
    D20 :
    ...
    D12 :
    ...
    D8 :
    ...